KubuntuBlog

Dérive : Plaque verticale placée sous la coque d'un bateau pour diminuer la dérive

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 novembre 2006

Toute ma vie j'ai rêvé ...

La blague du jour

Au commencement Dieu créa le digit.
Il prit ensuite huit digits pour créer un octet.
Or, la mémoire était vide ; seuls les crayons et les gommes couvraient la surface du bureau.
Dieu sépara alors le zéro et le un, et il vit que cela était bon.
Dieu dit : "Que les données soient !"
Et il en fut ainsi.
Et Dieu dit : "Plaçons les données dans leurs lieux respectifs."
Et il créa les disquettes, les disques durs et les CD-ROM.
Mais le logiciel n'existait pas encore.
Alors Dieu créa les programmes ; grands et petits.
Dieu leur dit : "Allez et multipliez-vous, remplissez toute la mémoire."
Dieu dit alors : "Je créerai le programmeur. Et le programmeur créera de nouveaux programmes et gouvernera les ordinateurs, les programmes et les données."
Dieu créa le programmeur, et il le mit dans le centre de données.
Et Dieu montra au programmeur le répertoire et lui dit : "Tu peux utiliser tous les volumes et sous-répertoires, mais n'utilise pas Windows."
Il se passa un grand temps ou tout paraissait parfait, mais le programmeur se sentait seul.
Alors Dieu dit : "Il n'est pas bon que le programmeur soit seul."
Il prit un OS du corps du programmeur et il créa une créature qui regardait le programmeur, qui admirait le programmeur, qui aimait les choses faites par le programmeur.
Dieu nomma la créature "Utilisateur".
Il laissa le programmeur et l'Utilisateur nus dans le DOS, et il vit que cela était bon.
Mais Bill était plus malin que toutes les créatures de Dieu.
Bill dit à l'utilisateur : "Dieu t'a-t-il vraiment dit de ne pas utiliser tous les programmes ?"
L'utilisateur répondit : "Dieu a dit que nous pouvions utiliser n'importe quel programme et n'importe quel bloc de données, mais il nous a dit de ne pas utiliser Windows parce que nous pourrions mourir."
Et Bill dit à l'utilisateur : "Comment peux-tu parler de quelque chose que tu n'as même pas essayé ? Dès que tu utiliseras Windows tu seras l'égal de Dieu. Tu seras capable de créer tout ce que tu voudras, rien qu'en touchant la souris."
Et l'utilisateur vit que les fruits de Windows étaient meilleurs et plus faciles à utiliser.
Il vit aussi que toute connaissance était inutile, puisque Windows pouvait la remplacer.
Alors l'utilisateur installa Windows dans son ordinateur ; et il dit au programmeur que cela était bon.
Le programmeur commença à chercher de nouveaux pilotes.
Alors Dieu lui dit : "Que cherches-tu ?"
Le programmeur répondit : "Je cherche de nouveaux pilotes, parce que je ne peux pas les trouver dans le DOS."
Dieu lui répondit : "Qui t'a dit que tu avais besoin de nouveaux pilotes, n'aurais-tu pas utilisé Windows par exemple ?"
Le programmeur lui répondit : "C'est Bill qui nous l'a dit."
Alors Dieu dit à Bill : "Pour ce que tu as fait, tu seras haï par toutes les créatures et l'utilisateur sera toujours mécontent de toi. Pire encore, tu seras condamné à ne jamais vendre que Windows."
Dieu dit encore à l'utilisateur : "Pour ce que tu as fait, Windows te trompera et consommera toutes tes ressources et tu ne pourras acheter que de mauvais programmes que tu utiliseras dans la douleur et tu seras toujours sous la tutelle du programmeur."
Dieu dit enfin au programmeur : "Pour n'avoir pas écouté l'utilisateur, tu ne seras jamais heureux. Tous tes programmes seront farcis d'erreurs, tu crouleras sous les fiches de bugs et tu seras condamné à les corriger et à les recorriger jusqu'à la fin des temps."
Dieu les expulsa tous du centre de données et il en bloqua la porte avec un mot de passe.
Puis Dieu se ravisa et se dit qu'il n'était pas juste que tous soient punis par la faute d'un seul.



Alors il créa la pomme pour narguer Bill, et le manchot pour libérer les hommes.

lundi 27 novembre 2006

2 balles

Je fais dans la blague à deux balles en ce moment.

Un berger faisait paître son troupeau au fin fond d'une campagne quand, d'un nuage de poussière, surgit une rutilante Range Rover venant dans sa direction. Le chauffeur, un jeune homme dans un complet Armani, chaussures Gucci, lunettes Ray Ban et cravate Hermès, se penche par la fenêtre et demande au berger :
- Si je peux vous dire exactement combien de moutons il y a dans votre troupeau, m'en donnerez-vous un ?
Le berger regarde le jeune homme, puis son troupeau broutant paisiblement et répond simplement :
- Certainement !
L'homme gare sa voiture, ouvre son ordinateur portable, le branche à son téléphone cellulaire, navigue sur Internet vers la page de la NASA, communique avec un système de navigation par satellite, balaie la région, ouvre une base de données et quelque trente fichiers Excel aux formules complexes, imprime un rapport détaillé d'une dizaine de pages de son imprimante miniaturisée et finalement s'adresse au berger en ces mots :
- Vous avez exactement 1586 moutons dans votre troupeau.
- C'est exact, et comme nous l'avions convenu, prenez-en un...
Il regarde le jeune homme faire son choix et expédier sa prise à l'arrière de son véhicule, puis il ajoute :
- Si je devine avec précision ce que vous faites comme métier, me rendrez vous ma bête ?
- Pourquoi pas !
- Vous êtes Ingénieur Qualité et vous faites des audits.
- Vous avez parfaitement raison, comment avez vous deviné ?
- C'est facile. Vous débarquez ici alors que personne ne vous l'a demandé, vous voulez être payé pour avoir répondu à une question dont je connais déjà la réponse et dont tout le monde se fout, et, manifestement, vous ne connaissez absolument rien à mon métier.
Après un bref silence, le berger ajoute:
- Maintenant, rendez moi mon chien...

via LaBanane

dimanche 26 novembre 2006

Nasrudin

Nasrudin, entre deux femmes, ne sait laquelle prendre pour épouse.
Un jour, elles décident de le mettre au pied du mur :
- Nasrudin ! Laquelle de nous deux aimes-tu le plus ?
- Formulez la question dans un contexte concret, et j'esserai d'y répondre.
- Si nous tombions toutes deux dans la riviere, qui sauverais-tu ?
demande la plus menue, qui est aussi la plus jolie.
Nasrudin se tourne vers l'autre, jeune femme plutôt forte mais fortunée :
- Savez-vous nager, ma chere ?

samedi 25 novembre 2006

Cups : Installer et utiliser une imprimante via le réseau

Nous allons voir comment connecter une imprimante sur un serveur, la partager sur le réseau et enfin comment l'utiliser à partir des autres ordinateurs connectés au réseau local. Reseau

Sur le serveur

La première étape est d'installer cupsd, le serveur d'impression. Nous allons aussi installer les drivers pour un certain nombre d'imprimantes. Pour cela vous pouvez passer par synaptic, adpet ou la ligne de commande :

sudo apt-get install cupsys foomatic-db-hpijs hplip-ppds
[...]
Les NOUVEAUX paquets suivants seront installés :
  cupsys fontconfig gs-common gs-esp gsfonts laptop-detect libcupsimage2 libcupsys2
  libfontconfig1 libice6 libpaper1 libpoppler1 libslp1 libsm6 libtiff4 libx11-6 libxau6 libxext6
  libxt6 poppler-utils ttf-bitstream-vera ttf-freefont x11-common
  foomatic-db foomatic-db-hpijs foomatic-filters hpijs libsnmp-base libsnmp9

La, vous remarquez que certains paquets en rappoort avec X11 vont être installés ! Il s'agit de la Xlib[1] qui n'a absolument rien à faire sur un serveur sans interface graphique :(
J'ai créé le bug 72324 à ce propos.

Pour Installer l'imprimante en elle-même sur le serveur, je vous renvoi vers la doc du wiki ubuntu-fr

Mais si votre serveur est effectivement sans X11, vous allez avoir un peu de mal à utiliser l'interface web de cups[2]. Pour autoriser l'acces du reseau local, éditez le fichier /etc/cups.d/ports.conf pour qu'il ressemble à celui-ci :

# ouverture pour tous
# il faudrait trouver comment specifier un sous-reseau
Listen *:631

Puis nous allons autoriser l'administration de cups à partir d'une autre machine du reseau local (en l'occurence 192.168.0.100) : Editez /etc/cups/cupsd.conf

# Restrict access to the admin pages...
<Location /admin>
Order allow,deny
Allow localhost
Allow 192.168.0.100
Encryption Never # sinon, generer un certificat
</Location>
<Location /admin/conf>
# Laissez les lignes déjà présentes, et ajoutez la suivante :
Allow 192.168.0.100
</Location>
# acces aux imprimantes du reseau local
<Location />
Order allow,deny
Allow localhost
Allow @LOCAL
</Location>

Puis il vous faut redémarrer cups :

sudo invoke-rc.d cupsys restart
# verifier qu'il écoute bien tout le monde :
netstat -ln|grep 631
tcp        0      0 0.0.0.0:631             0.0.0.0:*               LISTEN

Installer l'imprimante dans KDE

Voyons maintenant comment configurer votre imprimante à partir de l'interface graphique de KDE sur une kubuntu standard.
Allez dans Paramètres du système puis Imprimantes.
Ajouter / Ajouter une imprimante/une classe
Quand demandé, choisissez Serveur CUPS distant Capture

puis entrez le nom ou l'adresse du serveur Capture

vous pouvez alors choisir l'imprimante à installer Capture

à ce moment, l'assistant vous demande de choisir le modèle. Il ne devrait pas le faire puisque ce n'est pas à lui de gérer le driver. Il s'agit apparament d'un bug KDE qui se combine avec une regression Ubuntu/cupsys[3] Pour contourner le problème choisissez simplement Impression brute. Capture

Vous pouvez alors tester votre imprimante.
Je passe sur la suite qui ne présente pas de difficulté particulière. Pensez juste à entrer une localisation/description, c'est toujours utile Capture Et voila, votre imprimante est maintenant completement utilisable.

Installer l'imprimante sous Gnome

Désolé, je n'ai pas de Gnome sous la main, je vous renvois alors vers la doc ubuntu-fr et en particulier la

Installer simplement la partie client

Voyons maintenant comment installer un client leger. Par exemple une machine sans GUI pour configurer les imprimantes, ou une machine sans serveur CUPS. Nous allons alors nous contenter de la partie cliente de CUPS.

Pour cela, installez cupsys-client uniquement :

sudo apt-get install cupsys-client

ce paquet va remplacer les outils d'impression standard d'Unix (lp, lpq, lprm, ...)
Editez alors le fichier /etc/cups/client.conf pour y mettre le nom de votre serveur :

ServerName fortcigogne

et voila ! les outils de base imprimeront maintenant via votre serveur CUPS distant. Par exemple dans abiword sous Xubuntu dapper : Capture

Vous pouvez aussi voir les imprimantes en ligne de commande :

jjl@client:~$ lpstat -t
scheduler is running
no system default destination
device for HP_LaserJet_net: parallel:/dev/lp0
HP_LaserJet_net accepting requests since sam 18 nov 2006 19:26:02 CET
printer HP_LaserJet_net is idle.  enabled since sam 18 nov 2006 19:26:02 CET

Cette technique peut bien entendu être appliquée à n'importe quelle machine, même si celle-ci dispose d'un serveur CUPS. Dans ce cas, il devient alors inutile.

Conclusion et Liens

Voila, cette petite introduction à CUPS est terminée, il y aurait encore beaucoup à dire, sur le browsing reseau ou l'ergonomie de l'ensemble. Pour cela, je vous renvoi vers les liens ci-dessous.

Notes

[1] libx11 libxau6 libxext6 libxt6 x11-common ...

[2] ou alors essayez links ou lynx ou w3m...

[3] celle-ci devrait déjà être corrigée en edgy et sera un jour reportée en dapper

Sego

Sego

Hehehe

jeudi 23 novembre 2006

Pub pour les Papa Geek

Un nouveau forum est ouvert depuis peu. Comme son nom l'indique, il est a destination des Papa qui sont aussi des Geek[1]

Bon pour le moment y'a pas encore grand monde, mais ca augmente relativement rapidement. Ca se passe par la : Papa Geek

Et puis l'annonce sur LinuxFr

ps: et comme vous êtes des geeks, vous utiliserez sans doute les flux rss

Notes

[1] ca va vous changer de AuFeminin.com :)

mardi 21 novembre 2006

De l'importance des piles

article déplacé vers http://blog.dinask.eu/2006/11/de-limportance-des-piles.html

vendredi 17 novembre 2006

Installer un disque dur dans une SGI Octane

article déplacé vers http://blog.dinask.eu/2006/11/installer-un-disque-dur-dans-une-sgi.html

jeudi 16 novembre 2006

Lettre Hebdomadaire Ubuntu

Hier, en me promenant sur le Wiki Ubuntu-Fr, je suis tombé sur une initiative très interressante. A savoir la traduction en Français de la Ubuntu Weekly Newsletter D'ailleurs, ce matin hier Effraie a fait l'annonce sur le blog de suivi Ubuntu-fr du changement d'adresse[1]

Bref si vous voulez vous tenir au courant de l'actu d'Ubuntu sans travailler votre anglais[2] vous savez maintenant ou aller :) C'est sur la Lettre Hebdomadaire Ubuntu en Français

J'en profite aussi pour féliciter et remercier l'équipe de traduction de leur travail. A mon avis, Ubuntu ne peux conquérir le grand public qu'avec une traduction complète tant des logiciels que de la doc et des sources d'informations. Bravo donc.

PS: à quand un flux RSS pour suivre la lettre ? Peut-être qu'une catégorie sur le blog de suivi serait suffisante ?

Notes

[1] Pour info, la page sur le wiki est la

[2] c'est mal

mercredi 15 novembre 2006

SpamTimeout

Ce n'est pas que SpamClear ne soit pas efficace, mais j'en ai un peu marre de supprimer tous les trackback qui sont offline. J'ai donc installé spamtimeout qui permet de générer des adresses de trackback valables uniquement 15 minutes, on va voir ce que ca donne.

Et j'essaye la découverte de trackback automatique

Mon bureau

Comme tout geek qui se respecte, je suis assez fier de mon espace de travail :)

Je me suis donc amusé à faire un petit panorama de celui ci. Notez quand même que j'ai un peu rangé avant de prendre les photos ;)

bureau oui, il y a quelques imperfections, mais j'ai fait ca vite.

On voit de gauche à droite et de haut en bas :

  • du bazard de câbles/cd/revues/matos
  • l'imprimante HP LasertJet 6P branchée sur le serveur
  • un minitel qui sera un jour une console série
  • le scanner Mustek 600 II CD lui aussi en réseau
  • un compaq (Drenec) actuellement débranché, sous Debian
  • la télé comme écran secondaire
  • le PC principal, un Athlon XP 1200 (Penfret), sous Kubuntu
  • le serveur, un PII 300 qui gére les sauvegardes, la station météo et la passerelle vers le réseau wifi (FortCigogne), sous Ubuntu server
  • les écrans de Penfret (le 2ème étant aussi relié au serveur via un switch KVM)
  • mon portable Thinkpad R30 (Bananec), sous Xubuntu
  • la station SGI Octane arrivée très récement (Brilimec), sous Irix
  • caché derrière cette dernière, une Sun Ultra 1 (Parate) sous Debian
  • enfin l'ecran qui navigue entre la Sun et la SGI

Pour ceux qui se demandent, les noms de machine (sauf Parate) sont des Îles de l'archipel des Glenan.

Et vous votre bureau, il est comment ?

Une tite blague avant d'aller se coucher ...

Un soir, un vieux paysan de la Creuse et sa femme sont au lit. Elle est en
train de tricoter et lui est occupé à lire un magazine de vulgarisation
scientifique à grand tirage.
Tout à coup, il lève le nez et s'adressant à sa femme, dit:
« Tu savais toi que l'être humain est la seule espèce animale dont la femelle
est capable d'atteindre l'orgasme ? »
La femme arrête brusquement son ouvrage et répond:
« Ah oui ? Hé bien prouve-le... »
Piqué au vif, le vieux fermier se lève en disant:
« tu vas voir... »
Et il se rue hors de la chambre pour ne revenir qu'une heure plus tard, à l'évidence
exténué. Regagnant le lit conjugal, il dit à sa femme:
« Pour la vache et la brebis, ça ne fait aucun doute. Mais vu la façon dont la truie
grognait, j'avoue que je ne peux rien affirmer ! »

dimanche 12 novembre 2006

Ayé recue

article déplacé vers http://blog.dinask.eu/2006/11/aye-recue.html

samedi 4 novembre 2006

Retour des graphiques

article déplacé vers http://blog.dinask.eu/2006/11/retour-des-graphiques.html

vendredi 3 novembre 2006

Convertir une date de/vers des secondes depuis l'origine des temps

Origine des temps qui comme chacun sait est :

Minuit le 1er Janvier 1970 (GMT)

Deux petits one-liner perl qui permettent de convertir de YYYYMMDDHHMMSS vers les secondes et vis-versa :

echo <secondes> | perl -e "print scalar localtime <>"
echo <YYYYMMDDHHMMSS> | perl -M'Time::Local timelocal' -e '<> =~ /(\d{4})(\d{2})(\d{2})(\d{2})(\d{2})(\d{2})/ && print timelocal $6,$5,$4,$3,$2-1,$1'

et pour obtenir les données pour tester :

date +%s-%Y%m%d%H%M%S

Théoriquement on pourrait s'en sortir juste avec date mais je n'ai jamais trouvé comment lui fournir une date en entrée :(
De même c'est surement possible plus simplement/court en perl. Mais au moins comme cela, ca marche.

Cf. La doc de Time::Local